Economie

Indicateurs économiques de l’Algérie en 2021

Le Gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Rostom Fadhli a indiqué que les réserves de change de l’Algérie, hors or, ont atteint 44,724 milliards de dollars à fin Septembre 2021, grâce à un fort recul du déficit de la balance commerciale.

Le déficit de la balance commerciale est passé de 10,504 milliards de dollars à fin Septembre 2020 à 1,571 milliard de dollars à fin Septembre 2021, a fait savoir le Gouverneur, qui a expliqué que le recul du déficit est dû principalement à la forte hausse des exportations de biens qui sont passées de 16,240 milliards de dollars à fin Septembre 2020 à 26,402 milliards de dollars à fin Septembre 2021, soit +62,3 % ».

Au cours des neuf premiers mois de 2021, la valeur totale des exportations des hydrocarbures a enregistré une forte hausse de 57,3 %, passant de 14,868 milliards de dollars à fin Septembre 2020 à 23,387 milliards à fin Septembre 2021, a noté le Gouverneur.

De même, les exportations de biens hors hydrocarbures ont enregistré une hausse atteignant 3,015 milliards de dollars au cours de la période sous revue contre 1,372 milliards dollars à fin septembre 2020 (+120%).

Quant aux importations de biens, elles ont légèrement augmenté de 4,6 % entre Septembre 2020 et Septembre 2021, passant ainsi de 26,744 milliards de dollars à 27,973 milliards de dollars.

Par ailleurs, les exportations de services ont connu une stagnation relative à fin Septembre 2021, passant de 2,273 milliards de dollars à fin Septembre 2020 à 2,300 milliards de dollars à fin Septembre 2021, alors que les importations de services, au cours des neuf premiers mois de 2021, ont enregistré une baisse de 630 millions de dollars, passant ainsi de 5,644 milliards de dollars à fin Septembre 2020 à 5,015 milliards de dollars à fin Septembre 2021.

Au total, les exportations de biens et services ont atteint 28,702 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2021 contre 18,513 milliards de dollars à la même période de 2020, soit une forte hausse de 10,189 milliards de dollars (+ 55,04 %), quant aux importations de biens et de services, ils ont connu une très légère hausse de 1,85 %, passant de 32,388 milliards de dollars à fin Septembre 2020 à 32,988 milliards de dollars au cours de la période sous revue.

Par ailleurs, M. Fadhli a indiqué qu’après avoir enregistré une contraction au cours de l’année 2020, la reprise de l’activité économique, entamée au premier trimestre 2021 (+2,3 %), s’est poursuivie au cours du deuxième trimestre 2021 atteignant ainsi une croissance appréciable de 6,4 %, contre une forte contraction de 10,3 % au deuxième trimestre 2020.

Cette croissance du Produit intérieur brut (P.I.B.) réel est corrélée à la hausse de la croissance de la quasi-totalité des grands secteurs de l’économie nationale hormis celui de l’Agriculture qui a accusé un léger recul de 0,3 % au deuxième trimestre 2021, contre une croissance de 1,4 % à la même période de l’année précédente. Ce recul est dû notamment aux conditions climatiques défavorables.

Hors hydrocarbures, la croissance du P.I.B. a atteint 6,1 % au deuxième trimestre 2021, contre un fort repli de 11,5 % au deuxième trimestre de l’année précédente.

Le premier secteur ayant contribué à la progression de l’activité économique au, deuxième trimestre 2021, est celui du Bâtiment, des Travaux publics et de l’Hydraulique (B.T.P.H.) qui a enregistré une forte croissance de 13,7 % contre -20,0 % une année auparavant.

Le deuxième secteur est celui des hydrocarbures qui a connu une croissance de 11,0 % contre un repli de 5,3 % au deuxième trimestre 2020.

Le secteur de l’industrie a lui aussi réalisé une croissance appréciable de 9,3 % au deuxième trimestre 2021 contre un repli de 5,3 % au deuxième trimestre 2020, a indiqué M. Fadhli.

meritroyalbet girişmeritroyalbet girişmeritroyalbetparimatch girişparalı slot sitelerimeritroyalbet girişnetflix filmleri izle