ACTUALITE


 

El-Qods: la décision américaine, une violation grave de la légalité internationale

Le Ministre des Affaires Etrangères, M. Abdelkader Messahel, a indiqué, le 09 décembre 2017 au Caire, lors de la Session extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes, dédiée à l’examen de la situation en Palestine, que la décision de l’administration américaine de reconnaître El-Qods Echarif comme capitale d’israël constituait une violation grave de la légalité internationale et des pertinentes décisions de l'ONU.

Dans son allocution au Conseil, M. le Ministre des Affaires Etrangères, a souligné que cette décision condamnable et dangereuse constitue une violation grave de la légalité internationale et des décisions onusiennes.

Il a ajouté que la décision de l’administration américaine intervient au moment où l’on s’attendait à une nouvelle initiative pour redynamiser le processus de paix dans la région, et en dépit de ses implications négatives sur la stabilité de l’ensemble de la région.

Il a mis en exergue, dans ce cadre, l’impératif d’une action concertée en vue de faire face à cette décision, tout en appelant, à la fois, la communauté internationale à assumer ses responsabilités à l’égard du peuple palestinien et mettre un terme à la souffrance qu’il endure depuis l’occupation de son territoire, et l’administration américaine à abandonner sa décision et s’inscrire dans l’attitude de neutralité qu’appelle son rôle et sa responsabilité au titre du processus de paix dans la région.

Tout en réaffirmant la position ferme de l’Algérie en soutien au Peuple palestinien et à son droit légitime d’établir son Etat indépendant, avec El-Qods comme capitale, M. Messahel a rappelé que l’instabilité que connaît le monde arabe est intimement lié à l’échec de la communauté internationale à trouver une solution juste, globale et définitive à la question palestinienne.

 


Décision de l’Administration américaine de reconnaître El Qods Echarif comme Capitale d’israël : L’Algérie dénonce avec force cette grave décision

« C’est avec une très grande préoccupation que l’Algérie a pris connaissance de la décision de l’Administration américaine de reconnaître El Qods Echarif comme Capitale d’israël », suivant un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères, publié le 06 décembre 2017.

« L’Algérie dénonce avec force cette grave décision, en ce qu’elle constitue une violation flagrante des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et de la légalité internationale et en ce qu’elle remet en cause toute possibilité de relance d’un processus de paix depuis trop longtemps à l’arrêt. Cette décision fait peser, en conséquence, de lourdes menaces sur la paix, la sécurité et la stabilité d’une région névralgique déjà fortement meurtrie », indique le communiqué.

« Tout en réitérant son soutien total aux droits inaliénables du peuple palestinien frère, l’Algérie en appelle à la nation arabe, à la Umma islamique et à la communauté internationale dans son ensemble à se mobiliser pour le respect des droits nationaux du peuple palestinien et du statut international de la ville Sainte », conclut le Ministère.

 


Résolution de la crise libyenne : Efforts déployés par l’Algérie

M. Abdelkader Messahel, Ministre des Affaires Etrangères, a, à l’occasion d’un entretien à Rome, le 02 décembre 2017, avec le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Libye, Ghassane Salame, en marge de sa participation à la troisième édition de la Conférence internationale « Rome-Mediterranean dialogues », examiné « l’évolution de la situation en Libye et les derniers développements que connaît la crise dans ce pays ».

M. le Ministre a, dans ce contexte, réitéré le soutien ferme de l’Algérie aux efforts des Nations Unies pour le règlement de la crise libyenne, dans le respect de son unité, de sa souveraineté et de son intégrité.

Il a ajouté que l’Algérie « qui maintient des contacts réguliers avec les acteurs libyens, poursuit ses efforts visant à accompagner les frères libyens sur la voie du dialogue et de la réconciliation ».

 


Traite d’êtres humains en Libye : L’Algérie dénonce et condamne

En marge du 5ème Sommet Union Africaine-Union Européenne tenu à Abidjan, et s’exprimant sur ce qui s’est passé en Libye, M. Ouyahia, a dénoncé et condamné les opérations d’esclavagisme dans ce pays.

"Nous dénonçons et nous condamnons vivement les opérations d’esclavagisme qui se sont déroulées en terre libyenne. Je crois qu’il faut avoir la justesse de vue de ne pas en accuser nos frères libyens qui ont vu leur pays détruit, et qui sont en train d’essayer de recoller les morceaux", a souligné le Premier Ministre.

Pour ce qui est de l’initiative prise par certains pays Africains et Européens pour lutter contre le terrorisme et prendre en charge le rapatriement des migrants clandestins, M. Ouyahia a salué cette initiative, tout en espérant que « ce ne sera pas une opération ponctuelle ».

« Le mal est profond et nous espérons que l’initiative de ces pays ne fera pas oublier l’essentiel, à savoir une conjugaison des efforts de la communauté internationale sous l’égide des Nations Unies pour rester sous le même parapluie, et faire aboutir une solution politique regroupant nos frères libyens, lesquels arriveront à recentrer un nouveau gouvernement dans l’unité nationale et la préservation de la souveraineté de ce pays frère et voisin", a-t-il conclu.

 


Lutte anti-terroriste : Plus de 100 millions de dollars d’aide de l’Algérie aux pays du Sahel

Le Premier Ministre, Ahmed Ouyahia, a indiqué le 30 novembre 2017, en marge du 5ème Sommet Union Africaine - Union Européenne, tenu à Abidjan, que l’Algérie a octroyé plus de 100 millions de dollars pour aider cinq pays de la sous-région du Sahel à lutter contre le terrorisme...Lire la suite

 


Terrorisme : L’Algérie maintient un haut niveau de vigilance

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a soutenu, à l’ouverture des travaux de la première réunion plénière du groupe de travail du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF) sur l’Afrique de l’Ouest, qui se tient à Alger que l’Algérie maintient un «haut niveau de vigilance» à l’intérieur de son territoire et sur toutes les frontières et réitère sa disponibilité à «renforcer» sa coopération frontalière et policière avec l’ensemble des pays de la région...Lire la suite

 


28ème sommet de l'UA à Addis-Abeba

Succès diplomatiques de l'Algérie

L'Algérie a enregistré des succès diplomatiques retentissants à Addis-Abeba lors des travaux du 28ème sommet de l'Union africaine qui témoignent de son rôle de leadership et de son engagement envers le développement et l'intégration du Continent.

Ainsi, lors des travaux de ce sommet, le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, connu pour son engagement pour le développement, la paix et la sécurité en Afrique, a été élu par ses pairs africains, Vice-Président de l'UA pour l'année 2017. >Lire la suite...

 

Page 1 sur 22

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»